Burundi-santé: Eradiquer la fistule obstétricale, l’espoir est permis

Du 5 septembre au 5 octobre 2022, le programme national de santé reproductive (PNSR) organise une campagne de prise en charge des personnes souffrant de la fistule obstétricale. C’est ainsi que vendredi 2/9/2022, un atelier de sensibilisation des professionnels des médias sur cette maladie a eu lieu à Bujumbura dans le souci de les impliquer dans l’éradication de cette maladie.

La fistule obstétricale est cette maladie qui survient suite à un difficile accouchement a indiqué Yolande Magoyagi de la representation de FNUP au Burundi (fonds des Nations Unies pour la population) ; Elle se caractérise par une incontinence urinaire et/ou fécale, a-t-elle expliqué aux professionnels des médias.

Comme conséquences, la femme souffrant de cette maladie a honte d’être avec les autres ; elle fait objet de discrimination et de stigmatisation; elle est contrainte à l’isolement, à la perte d’espoir, au rejet ou même elle peut avoir des infections, se désole Yolande Magoyagi.

Pour prévenir cette maladie Yolande Magoyagi a relévé certaines des actions à mener : faire les consultations prénatales, éviter les mariages précoces, l’espacement des naissances…

Cette maladie existe aussi au Burundi a fait savoir Ananie NDACAYISABA, directeur du PNSR. Depuis 2010 à nos jours 3000 patientes ont été traités dont 25% avaient mois de 25 ans. Il a ajouté qu’en 2021, 97% de celles qui ont été traitées par le Centre Urumuri ont été guéries. Il a aussi précisé que les cas de celles qui attrapent cette maladie diminuent au fil des années. Un des facteurs étant que les chiffres des femmes qui accouchent à l’hôpital augmentent. Il a fait savoir qu’ils sont passés de 65% en 2010 à 85% actuellement.
C’est ce qui fait dire à Ananie NDACAYISABA que d’ici 2030 la fistule obstétricale pourrait être éliminée au Burundi.

Il a précisé que le PNSR collabore avec l’administration, les responsables sanitaires à tous les niveaux surtout les agents de santé communautaires pour identifier, examiner et envoyer au centre Urumuri celles qui souffrent de cette maladie. Il a ajouté que plusieurs stratégies seront adoptées pour qu’aucune femme ayant des signes de la fistule obstétricale ne soit oubliée .

Le centre Urumuri se trouve à Gitega et a été construite en 2010 par MSF Belgique. Il a commencé avec 30 lits mais grâce à la fondation Bonne Action Umugiraneza, le centre a aujourd’hui une capacité de 100 lits, souligne le Directeur NDACAYISABA.

 37 total views,  5 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.